Vers la béatification de l’abbé Michel Guérin

21 juin 2017

Le diocèse de Laval a ouvert la cause de béatification de l’abbé Michel Guérin, curé de Pontmain lors de l’apparition. Une exposition itinérante parcourt le diocèse d’Avignon.

L’exposition aura lieu dans le sanctuaire de Lumière durant une semaine à partir du 4 Juillet.

"Michel Guérin est l’un de ces curés du 19° siècle qui, pour leur part, ont été des transmetteurs de la foi. Faire connaissance avec ce prêtre d’hier que fut Michel Guérin, cela ne pas, ne pas nous engager pour l’ aujourd’hui de notre Église, un aujourd’hui habité entre autres, par la question de l’avenir du ministère des prêtres.

Avec un autre curé que Guérin, l’Apparition aurait-elle eu lieu à Pontmain ? Question sans réponse ! Question absurde même, quand on la pose de cette manière. Mais ne peut-on pas dire, d’après tout ce qu’on sait de lui, qu’il avait été placé à Pontmain par Dieu pour préparer une paroisse à accueillir le don inestimable de l’Apparition. En ce sens, on peut bien penser que la présence de l’abbé Guérin à Pontmain, ne relève pas du hasard. ... "


Mgr.Louis-Marie Billé, (qui était) évêque de Laval


« Le 29 Mai 1872, l’abbé Michel Guérin, 1° curé de Pontmain, vient de rendre son âme à Dieu. Ses dernières paroles sont pour ses paroissiens : ‘ Pour vous, restez de bons chrétiens. Oh oui, que la paroisse reste toujours ce qu’elle est.’ Plus tard ; Joseph Barbedette, l’un des voyants devenu Oblat de Marie Immaculée, écrira à son sujet : ‘Michel Guérin...à ce nom dans mon cœur ému, se réveillent les plus doux souvenirs : vénérable et saint prêtre, remarquable surtout par sa tendre piété envers la Sainte Vierge, il a mérité à Pontmain, on l’a dit souvent et certes à juste raison, l’honneur d’être le théâtre des tendresses de Marie.’

En tournant les pages du diaire, on peut découvrir au fil des jours, des mois et des années, l’œuvre immense de Michel Guérin, notamment la construction de l’école, l’embellissement de l’église, son agrandissement, l’érection de calvaires dans la campagne, le nouveau cimetière, tout ce qui pouvait favoriser la dévotion à Marie, sans parler de de tout ce qu’il a fait pour améliorer la vie quotidienne de son ‘petit peuple’ : la boite postale, la recette buraliste, le bureau de bienfaisance, les démarches près des autorités civiles pour améliorer les chemins ou en créer de nouveaux....
Parmi toutes ces réalisations de Michel Guérin, nous en retiendrons quatre qui semblent plus significatives pour mieux comprendre certains détails du grand évènement que fut l’Apparition du 17 Janvier 1871.


  • 1. Tout d’abord la bénédiction et la mise en place de la statue de la Vierge au-dessus du maître autel... Joseph Barbedette vient nous apporter quelques précisions utiles : ‘La Vierge, placée dans une sorte d’ovale bleu, porte l’enfant Jésus sur son bras, robe blanche et manteau bleu. L’ovale n’est pas complet, il s’arrête au socle qui porte la statue. Les quatre bobèches y sont fixées et l’on allume les bougies à la Préface et pour la bénédiction du Très Saint Sacrement...

  • 2. En 1850, Michel Guérin décide d’agrandir son église...Il va donc faire bâtir les deux chapelles latérales....A partir du 8 décembre 1854, quatre nouvelles bougies seront allumées sur l’autel de cette chapelle, en même temps que les bougies qui entourent la statue au-dessus du maître-autel.

  • 3. Dans les mêmes temps, il fait placer dans le clocher la statuette de Marie en lui demandant encore d’être la ‘protectrice et l’avocate de son petit peuple’.

  • 4. En 1860, Michel Guérin fait peindre la voûte de l’église en bleu avec le semis d’étoiles à 5 branches.

Si l’on établit un lien entre ces quatre réalisations et l’Apparition, on remarque que la très Sainte Vierge était vêtue d’une robe bleue semée d’étoiles, sur la tête, elle porte une couronne d’or avec un liseré rouge. A l’instant où Michel Guérin arrive au milieu de ses paroissiens, Marie s’entoure d’un ovale bleu portant quatre bobèches et quatre bougies, qu’une petite étoile viendra allumer lorsqu’elle présentera son Fils Jésus Christ sur la croix. (et l’apparition a lieu dans le ciel étoilé, comme la voûte de l’église) Cela se serait fait ainsi par hasard ? Allons donc ! Par ses ‘détails’, la Vierge Marie n’a-t-elle pas voulu montrer à quel point l’œuvre de Michel Guérin était agréée par le ciel ? Ce sont autant de gestes prophétiques que Michel Guérin avait posés en leur temps, mais qui annonçaient bien ce qui devait arriver le 17 Janvier 1871.

Michel Guérin a encore beaucoup de choses à nous dire et à nous rappeler en ce temps de crise où les valeurs humaines et chrétiennes sont remises en cause gravement. Plus que jamais, Michel Guérin nous est une lumière, un flambeau dans notre marche vers le ciel, car il nous rappelle par toute sa vie que cette marche se fait avec et par Marie, Celle qui nous a donné Jésus et nous conduit à Lui.
Non seulement nous pouvons espérer la béatification de l’abbé Michel Guérin, mais il nous faut la demander avec instance en priant notre ‘avocate’, la Vierge Marie, de nous aider à obtenir la béatification de son fidèle serviteur. C’est le moment où jamais de revenir à ce qu’Elle nous a écrit dans le ciel de Pontmain, un certain soir de Janvier 1871 :

MAIS PRIEZ MES ENFANTS,
DIEU VOUS EXAUCERA EN PEU DE TEMPS .
MON FILS SE LAISSE TOUCHER

Mr. L’abbé Henri Ledauphin


N. B. : Les Missionnaires Oblats de Marie Immaculée ont répondu à l’invitation de l’évêque de Laval, dès 1873 pour construire la basilique de Pontmain et animer la Paroisse aussitôt après l’apparition. Actuellement ils animent de nouveau le sanctuaire. Il y a donc un lien très fort entre N.D de Pontmain et N.D. de Lumière. D’ailleurs, le père Philippe Thierry qui est à Lumières, vient de Pontmain, où il était curé de la paroisse (successeur de l’abbé Guérin) et a animé le sanctuaire pendant deux petites années.